A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Pas à pas! (1 thess.4:1-12)

«De progrès en progrès ou pas à pas»

Lisons le texte du passage suivant : 1 Thess.4:1-12/ (Dans la nouvelle version second révisée, dite bible à la colombe) Dans cette version il y a un sous titre pour ce passage: «Exhortation à la sainteté »

«Au reste, frères, puisque vous avez appris de nous comment vous devez vous conduire et plaire à Dieu, et que c’est là ce que vous faites, nous vous prions et nous vous conjurons au nom du Seigneur Jésus de marcher à cet égard de progrès en progrès. Vous savez, en effet, quels préceptes nous vous avons donnés de la part du Seigneur Jésus. Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification; c’est que vous vous absteniez de l’impudicité; c’est que chacun de vous sache posséder son corps dans la sainteté et l’honnêteté, sans vous livrer à une convoitise passionnée, comme font les païens qui ne connaissent pas Dieu; c’est que personne n’use envers son frère de fraude et de cupidité dans les affaires, parce que le Seigneur tire vengeance de toutes ces choses, comme nous vous l’avons déjà dit et attesté. Car Dieu ne nous a pas appelés à l’impureté, mais à la sanctification. Celui donc qui rejette ces préceptes ne rejette pas un homme, mais Dieu, qui vous a aussi donné son Saint-Esprit. Pour ce qui est de l’amour fraternel, vous n’avez pas besoin qu’on vous en écrive; car vous avez vous-mêmes appris de Dieu à vous aimer les uns les autres, et c’est aussi ce que vous faites envers tous les frères dans la Macédoine entière. Mais nous vous exhortons, frères, à abonder toujours plus dans cet amour, et à mettre votre honneur à vivre tranquilles, à vous occuper de vos propres affaires, et à travailler de vos mains, comme nous vous l’avons recommandé, en sorte que vous vous conduisiez honnêtement envers ceux du dehors, et que vous n’ayez besoin de personne ».

Je me fais plusieurs remarques à propos de ce passage, mais ce qui me saute aux yeux ce sont les mots «marcher à cet égard de progrès en progrès». Je repense  à ce que dit Manfred Engeli*1 sur l’art des petits pas: «L’art des petits pas décrit une manière de faire très pratique qui permet de transformer en une décision ce qui a été reconnu comme vrai, et de concrétiser cette décision dans notre quotidien. Du côté de Dieu tout est prêt pour la transformation de notre vie. Nous devons simplement accepter ses «offres», comme par exemple le pardon. Nous pouvons nous débarrasser de nos mauvais comportements et revêtir ceux qui sont selon la volonté de Dieu et la nouvelle création. Ce qui nous manque nous pouvons le demander et le recevoir . C’est à nous de formuler ces pas devant Dieu, dans la prière.

Ensuite il s’agit de les rendre concrets dans notre quotidien , de marcher de façon pratique «en nouveauté de vie»(romains 6:4). Certaines des décisions que nous prenons dans la prière concernent tellement de domaines de notre vie que le changement ne peut intervenir partout à la fois. Le secret de la réussite se trouve dans «l’art des petits pas».

Nous devons choisir un domaine , très petit , dans lequel nous aurons 95% de chance de réussir. Lorsque le changement a abouti dans ce domaine-là, nous pouvons alors nous tourner vers le suivant , un domaine qui sera peut-être un peu plus difficile.Nous constatons avec surprise que les nouveaux comportements vont avoir un impact dans différents domaines de notre vie. La bénédiction de Dieu découle de notre fidélité dans les petites choses. C’est pour cela que l’art des petits pas est très efficace.

si nous ne choisissons pas le domaine avec soin, nous vivrons des retours en arrière dans notre ancien comportement . comme l’être humain est un être d’habitudes , ces rechutes sont normales, mais il faut s’en occuper . Cela se fera en trois étapes:

1. au lieu de nous lamenter longuement sur nous même, tournons nous tout de suite vers Dieu.

2. apportons-lui ce qui s’est passé et reconnaissons cela comme une faute. demandons -lui son pardon et recevons-le.

3. confirmons à nouveau la décision que nous avons prise dans la prière. demandons à Dieu son aide pour poursuivre nos changements et allons de l’avant.. jusqu’à la prochaine rechute.

Si nous restons fermement attachés à la décision prise et si chaque fois nous accomplissons résolument et complètement ce travail de reprise – parfois plusieurs fois durant la même journée- de nouvelles habitudes et de nouveaux modèles se construiront, qui sont le résultat de notre liberté*. Cette mise en pratique nécessite du temps, de la ténacité , de la persévérance , mais aussi de la patience avec soi-même.C’est un  processus comparable à celui d’un enfant qui apprend à marcher . Le saint-Esprit veille sur nous en nous faisant prendre nos rechutes au sérieux, en nous rappelant nos résolutions prises dans la prière et en nous encourageant . Il nous «aide à nous relever dans notre faiblesse» et intercède pour nous.(Rom. 8,26)

Grâce à l’art des petits pas nous pouvons développer de nouveaux comportements dans différents domaines.»

Ainsi  de leur côté les hommes d’affaires ont développé depuis longtemps différentes techniques  pour apprendre à changer les choses de progrès en progrés, en voilà justement une suggérée par  Jacques Turbé en 2006:

Faire un pas en avant:

«Un réflexe des plus faciles à acquérir, tant il amène de bons résultats, est sûrement celui de noter pour chaque sujet en instance la Première Chose À Faire (PCAF). Plus les choses sont complexes et inextricables, plus cette pratique déverrouille freins et faux prétextes et permet de toujours faire un pas en avant. Son adoption m’a personnellement en plus permis de lutter contre un de mes démons favoris : passer trop de temps à planifier ou à peaufiner mon système au détriment de l’action à laquelle ce système est supposé servir.
[sommaire]
Avoir extrait de ma pile de sujets en instance les actions isolables, concrètes et courtes par lesquelles enclencher le travail sur n’importe lequel d’entre eux me rend aussitôt plus efficace et productif, et me procure une plus grande sûreté : j’ai le sentiment de mieux contrôler mon activité en étant moins le nez dans le guidon.
Quand je sens que je risque d’être débordé, je regarde ma liste de Premières Choses à Faire par contextes où j’ai ventilé ce qui était faisable ici et maintenant, c’est-à-dire dans les conditions dans lesquelles je me trouve.
– Je ne me taraude pas au sujet de choses que j’ai à faire mais qu’en tout état de cause je ne peux pas faire maintenant.
– Je ne reporte plus un sujet important sous prétexte qu’il est long et complexe, parce que, justement, j’ai sous les yeux la première chose à faire, concrète, et que je peux faire là, tout de suite.
– Et je choisis clairement sur ma liste de ce qui est faisable dans l’instant ce à quoi je vais m’atteler maintenant, sans regret pour ce que j’écarte mais que je sais être moins prioritaire maintenant.
Dans la pratique, je m’assure que la Première Chose À Faire que j’ai identifiée sur un sujet demandera moins de 20 minutes, si possible même moins de 10 (ce qui n’est pas difficile si on s’astreint vraiment à identifier la première action concrète). Cette règle de limiter à 20 minutes au maximum le temps alloué à une action me permet de bien mieux anticiper ma charge de travail lorsque je dois organiser mon temps.
Exemple « Écrire mon article sur « Dire Non » » ne sert à rien : c’est tout un sujet à traiter en soi, qui ne se fait pas d’une traite, et sûrement pas en 20 minutes. Formulé ainsi le risque est grand que ce sujet traîne longtemps sur ma liste de choses à faire.
« Faire un brouillon pour « Dire Non » » est un peu mieux.
« Lister mes idées pour un article de deux pages sur « Dire Non » » est une formulation beaucoup plus opérationnelle pour moi. Il y a beaucoup plus de chances pour que j’ai fait cette liste dans la journée.
Noter pour tout sujet à traiter la Première Chose À Faire est un concept à rentabilité immédiate. Un excellent réflexe dont il ne faut pas se priver !»

*1 Makarios ou en route vers le bonheur, de Manfred Engeli

Leave a Reply